Tout comme Eugénie Viellard, sa sœur Angélique Brousse a été touché par la création artistique qui se transmet de génération en génération.

Angélique Brousse

Tout comme Eugénie Viellard, sa sœur Angélique Brousse a été touché par la création artistique qui se transmet de génération en génération. Angélique Brousse dessine, peint, sculpte, et nous éblouit par ses créations lumineuses .

 

Son chemin artistique n’a pourtant pas été linéaire.  Malgré plusieurs concours remportés enfants et adolescente, Angélique suit à Paris des études d’espagnol, de finance à Dauphine puis une école de commerce et met de côté une possible carrière de peintre.

 

En 2003, Angélique Brousse choisit de terminer sa formation en marketing et communication au Mexique. Ce sera une révélation. Partie pour 4 mois, elle y reste 4 ans. Tout la séduit et l’émerveille dans ce pays de soleil. Elle découvre l’artisanat des populations indigènes de Oaxaca, du chiapas et du Yucatan. Elle regarde, absorbe, retient les mélanges, les nuances, les formes, les arrangements. Angélique à besoin d’exprimer ce qu’elle ressent. Après un cours séjour à Barcelone, elle rentre en France en 2007 et, installée à Paris, se met à peindre.

 

Profondément marquée par Dali et Magritte, son œuvre naissante fait naturellement surgir des influences surréalistes auxquelles se joignent  celles du Mexique. Angélique peint d’abord des petits formats puis Mexico la tentaculaire, cette ville qu’elle a habité, lui revient impérieusement. Le grand format s’impose et elle crée la série « la grande ville «  à laquelle succèdent quelques collages sur le thème de l’amour et du pouvoir des femmes. Puis elle redécouvre le pop art, ses aplats de couleurs lumineuses et tranchées, le placement de personnages isolés dans un contexte irréaliste  les formes géométriques. Elle s’empare de ces fondamentaux et cherche à créer de la profondeur et des effets visuels.

De cette démarche artistique naissent les fonds en papier peint et les deux séries «  Faces » et «  têtes de morts ».

 

En 2013, elle s’installe à Bordeaux, s’inscrit aux beaux arts et y découvre la sculpture.

Aujourd’hui, elle travaille de très grands formats et réalise des commandes spéciales de tableaux mais aussi des portraits d’enfants. Angélique poursuit avec talent son travail créatif en explorant de nouveaux champs d’expression.

nouveau document 13_1 (1) copie
nouveau document 7_1 (1) copienouveau document 20_7nouveau document 20_2Angélique Brousse

 

Partager