La place Vendôme est connue de nos jours comme l'emplacement où de nombreux bijoutiers-joailliers réputés ont élu domicile.

La Place Vendôme

La place Vendôme est connue de nos jours comme l’emplacement où de nombreux bijoutiers-joailliers réputés ont élu domicile. Mais après le milieu du XIXe siècle c’est surtout le lieu de l’élégance parisienne et mondiale; le quartier où les femmes vont à la recherche de la plus belle robe, du plus beau chapeau ou des plus beaux bijoux.

 

Initialement, le premier joaillier à s’être installé dans le quartier rue de la paix est Mellerio dits Mellers, en 1809. C’est d’ailleurs au sein de la maison Mellerio que la créatrice Eugénie Vieillard (www.eugenieviellard.com) a débuté sa carrière en 1996 en effectuant un long stage ; ce stage l’a conforté dans l’idée de monter un jour sa propre maison! Revenons en 1809… A l’époque, les joailliers ne sont donc pas encore sur la place, ils lui préfèrent le bien nommé Quai des Orfèvres ou l’île de la Cité.

 

Beaucoup d’hôtels en revanche se sont installés pour recevoir les riches voyageurs en villégiature à Paris. Même si leurs emplacements se sont déplacés au fil du temps, le concept de s’installer place Vendôme fait rêver les touristes. Néanmoins, c’est encore la rue de la Paix, la rue « commerçante ». C’est Charles Frédéric Worth, inventeur de la haute couture, qui donne ses lettres de noblesse à l’ensemble formé par la rue de la Paix et la place qui la prolonge. En 1858, Worth ouvre au 7, rue de la Paix. Son immense succès attire nombre de couturiers, modistes, chapeliers, tailleurs, bottiers, parfumeurs et faisant ainsi du quartier l’épicentre de la mode.

 

Le premier bijoutier à s’être installé sur la place fut Frédéric Boucheron en 1893. Il désirait quitter le quartier du Palais-Royal pour s’installer près du nouvel Opéra construit par l’architecte Garnier. Il s’établit alors dans l’hôtel de la comtesse de Castiglione, entrainant alors plusieurs installations rue de Castiglione au tout début du siècle.

 

Il sera ainsi suivi par d’autres joailliers et artisans d’art, dont : Louis François Cartier (www.cartier.fr) qui s’installe également rue de la Paix, au numéro 13, en 1899, Joseph Chaumet (www.chaumet.fr)en 1902, Alfred Van Cleef et Salomon Arpels (www.vancleefarpels.com) en 1906, Técla ( www.tecla.fr) Mauboussin (www.mauboussin.fr) en 1955, Bvlgari (www.bulgari.com ) Repossi ( www.repossi.com ) en 1986, Lorenz Baümer ( www.lorenzbaumer.com ) en 1994, Fred (www.fred.com)en 1999.

 

Puis les horlogers se sont installés sur la place Vendôme comme Piaget ( www.piaget.fr ) en 1991, Patek Philippe ( www.patek.com ) en 1995, Pierre Dubail, Breguet ( www.breguet.com ) en 2006, Rolex (www.rolex.com)en 2008, Hublot ( www.hublot.com ) deux ans plus tard… mais aussi de grandes maisons de mode comme Chanel Joaillerie ( www.chanel.com ) en 1991 au numéro 18, Dior Joaillerie ( www.dior.com )en 2001, et Vuitton Joaillerie ( www.louisvuitton.com ) en 2013.

 

Les histoires et les légendes sur la place Vendôme mériteraient un livre ! Ainsi, par exemple, le Maharadjah de Patiala, arrivé place Vendôme en 1923 avec 12 gardes portant six caisses, en rang, deux par deux, ils forment le plus précieux convoi que la joaillerie ait jamais vue . Chaque binôme est chargé d’une malle remplie d’émeraudes. Ils sont entrés chez Boucheron, ont ouvert les coffres et passé la plus grosse commande de l’histoire de la place Vendôme. En fait, le maharadjah voulait faire monter ses émeraudes, presque plus pour les ranger et les protéger les unes des autres. Personne ne sait s’il les a jamais porté ! A la même époque et lors du même séjour, Cartier reçoit le maharadjah au 13 rue de la Paix et lui crée un spectaculaire collier de diamants.

 

Reverra-t-on des commandes de cet ordre, un jour, place Vendôme ?

FullSizeRender (1)

 

 

 

Partager

Étiquettes : ,